Visiter le Caire avec Denis Dailleux

Commentaires (0) Idées de Voyages

Denis Dailleux pratique une photographie exigeante et délicate, et qui se fonde sur la relation personnelle qu’il entretient avec ceux qu’il photographie. Le portrait est son mode de figuration de prédilection. Installé au Caire il construit depuis plus de quinze ans un portrait inédit de l’Egypte et de sa capitale, avec laquelle il entretient une relation qu’on pourrait qualifier de relation amoureuse, voire passionnelle. Ses séries Le Caire, portrait de la ville, construit à travers le portrait de certains de ses habitants, photographiés dans les quartiers populaires de la ville et Fils de roi, portraits d’Egypte sont une alternative absolue à tous les clichés, culturels et touristiques.

Denis Dailleux nous a fait l’amitié d’illustrer notre brochure Voyageurs en Egypte  aujourd’hui il vous accompagne dans la vieille ville, du Khan El-Khalili jusqu’à la Cité des Morts. La familiarité qu’il entretient avec une ville où il vit –  et qui l’habite – depuis plus de quinze ans, fait de lui  un hôte tout à fait exceptionnel.

Agnès Deroi, conseillère Afrique du Nord et Proche-Orient rentre d’Egypte. Elle a passé une journée avec Denis Dailleux à déambuler dans les rues du Caire. Récit.

« A 10 heures, nous retrouvons Denis au café Fishaoui, dans le Khan, facile à trouver : le mythique café aux miroirs qui fut le repaire de Naguib Mafhouz, existe depuis 250 ans ; on resterait bien là quelques heures, à boire du thé et fumer la chicha, mais on a tant de choses à voir ! On s’enfonce dans le khan, délaissant  les premières rues, plus touristiques, pour un dédale de ruelles encombrées, mosquées et  madrasas, maisons ottomanes ou mameloukes, c’est un régal d’architecture !  Et les souks, cuivre, cuir, verre soufflé, or et argent, avec les artisans qui travaillent dans des ateliers ouverts sur la rue, fabriquant marmites et casseroles. Denis a longtemps vécu dans le quartier, il connaît tout le monde, tout le monde le connaît. On chemine ainsi, s’arrêtant souvent, invités à boire un thé à la menthe par l’un ou l’autre de ses  amis, jusqu’à la porte Bab-El-Nass. On rejoint à pied la Cité des Morts – où parmi les tombeaux, et mausolées se sont installés des milliers de personnes, ne redoutant pas la promiscuité avec les morts. C’est vendredi, fin de matinée, et il y a beaucoup d’allées et venues parmi les tombeaux et sépultures : les familles qui viennent visiter leurs défunts se mêlent aux habitants de la Cité. Et là aussi, Denis est comme chez lui – un homme âgé, le reconnaissant, nous invite à boire un thé. Il fait beau, nous sirotons le thé sucré à l’ombre d’un arbre, et des hommes psalmodient des prières : on est bien, c’est un moment suspendu. Denis propose de poursuivre la balade, je n’ai pas envie de partir… On s’en va pourtant. Et on rejoint une petite église copte, très belle, et la messe vient de prendre fin, les gamins courent entre les rangées de bancs, les ados discutent entre eux, c’est un vrai lieu de vie !

On rejoint le parc Al-Azhar pour le déjeuner, c’est l’un des plus jolis parcs du Caire – où les parcs sont rares, il faut l’avouer ! – un jus de mangue, un peu de fraîcheur, c’est une pause bienvenue après la marche et les émotions de la matinée.

L’après-midi, dans le désordre :

– on visite la mosquée Al-Azhar – là aussi je suis étonnée, les étudiants font la sieste sous les alcôves, les enfants jouent dans la cour, la mythique Al-Azhar, la plus ancienne mosquée de la ville, l’une des premières universités au monde… est un lieu bien vivant !

– on boit un thé à la menthe

– on boit un café mazbout

– on se balade dans la Cité des Morts – c’est vaste, la Cité des Morts, il faudrait des semaines, des mois, pour en arpenter toutes les rues !

– on boit un yansoun, une tisane anisée

– on pousse la porte d’un ancien caravansérail, mal entretenu, mais quelle magie !

– et une dernière pause au Café Riche, sur Tallat Harb, ambiance différente – Orient Belle Epoque.

Et l’impression d’avoir visité le Caire avec un ami cher. »

Et ces quelques photographies glanées au long de la journée








 

Denis Dailleux a publié plusieurs livres, dont le plus récent Impressions d’Egypte, avec Gilbert Sinoué, ed. de la Martinière. Il est représenté par l’agence Vu.Les ouvrages de Denis Dailleux sont disponibles à la librairie Voyageurs

Passez 5 journées au Caire, dont une journée avec Denis Dailleux.

Ou consultez nos conseillers pour une visite du Caire avec Denis Dailleux.

Et pour les amoureux de l’Egypte, un autre voyage exceptionnel : une croisière en Moyenne-Egypte, de Assouan jusqu’au Caire, à bord du Steam Ship Sudan. Après 20 ans de fermeture à la navigation des bateaux de plaisance en Moyenne-Egypte, le privilège de découvrir une Egypte confidentielle et inédite.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.