Derniers jours : Un Maroc raconté autrement

Commentaires (0) Agenda culturel, On fait quoi ce week-end ?

  • la mariée-série l'âge adulte@carole Bénitah
  • série Boujaâd © Daoud Aoulad-Syad
  • série Inhabited by imaginings we did not choose@Yasmina Bouziane
  • série Mectoub@Scarlett Coten
  • série The modern times@Hicham Gardaf
  • ©Safaa Mazirh
Exposition collective proposée par la galerie marrakchie 127, présentée à l’Espace photographique de l’Hôtel de Sauroy à Paris

 

Daoud Aoulad-Syad, Carolle Benitah, Yasmina Bouziane, Hicham Gardaf, Safaa Mazirh, Rita Alaoui, Lamia Naji, Scarlett Coten, Nicolas Coten, Flore, Delphine Warin, Diana Lui, Marco Barbon.

Les œuvres de 13 photographes dont les œuvres croisées nous livrent une vision du Maroc loin des clichés, un Maroc où la révolution n’a pas eu lieu, mais où les rites, les asservissements, les clivages sont désormais soumis à questionnement.

L’exposition se clôt dimanche soir. Courez-y.

 

Pour sa 18ème édition Le Mois de la Photo  a choisi  parmi trois thémathiques, celle de la Méditerranée, et dans ce cadre invité Nathalie Locatelli, directrice de la galerie 127 de Marrakech a venir exposer les photographes qu’elle représente à Paris, à l’Hôtel de Sauroy.

Jusqu’à dimanche soir, on peut y voir une installation de Carolle Benitah, la chambre de la mariée, qui poursuit, avec l’âge adulte, troisième volet d’une série entamée avec l’enfance marocaine et l’adolescence, l’exploration de ses albums de famille. Scanant ses photographies d’enfant, d’adolescente, ses photographies de mariage, elle les transforme, les détourne, en leur appliquant des broderies de fil rouge, des perles – détournant aussi au passage la technique de la broderie, activité spécifiquement féminine, exclusivement décorative, pour interroger les codes de la famille, du couple, du mariage. L’œuvre évoque les univers de Annette Messager et de Louise Bourgeois – Carolle Bénitah produit une archéologie du souvenir, un questionnement sur son histoire intime, qui atteint l’universel.

Yasmina Bouziane est née à Washington de père marocain et de mère française. Dans sa série « Inhabited by imaginings we did not choose », elle revisite avec dérision les codes de la photographie ethnographique, celle-là qui prétendait faire le recensement des différentes physionomies arabes, se mettant elle-même en scène dans différents rôles et postures.

Ce sont aussi les travaux de très jeunes photographes qui nous sont montrés : Hicham Gardaf, né à Tanger en 1989, pose un regard doux et contemplatif sur sa ville natale. Safaa Mazirh, jeune artiste autodidacte, vivant à Rabat, expose en grand format des photographies de corps nus, de corps en mouvements. Nudité, grain, flou, matières, composent des autoportraits bruts, et qui image, après image, constituent une série d’une puissance impressionnante. Des artistes à suivre.

 

Espace photographique de l’Hôtel de Sauroy

58, rue Charlot

75003 Paris

Métro Filles du Calvaires

De 11 h à 19h, jusqu’au 30 novembre

 

Et, si vous avez raté l’expo parisienne, allez, lors de votre prochain week-end à Marrakech, visiter la galerie127. Nathalie Locatelli œuvre à faire émerger des jeunes talents, et  à faire connaître les nouvelles tendances de la photographie contemporaine.

 

Galerie 127

127, Mohammed V Av., Guéliz
Marrakech, Maroc.

Mardi – Samedi, 15h—19h

galerie127@gmail.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.