En Tunisie sur les traces d’Artocratie

Commentaires fermés sur En Tunisie sur les traces d’Artocratie Agenda culturel, Culture

En mars 2011, à Long Beach en Californie, lors de la conférence TED, JR avait lancé un appel à la création de projets artistiques Inside Out inspirés de ses méthodes de collage de photos en grand format. Deux semaines après cette annonce démarrait le premier projet de cette série : Artocratie en Tunisie.

Artocratie prend place au lendemain de la chute de Ben Ali : six photographes – Sophia Baraket, Rania Dourai, Wissal Dargueche, Aziz Tnani, Hichem Driss et Hela Ammar – parcourent le pays pour photographier 100 personnes représentant la diversité de la population, avant d’afficher leurs portraits dans les rues tunisiennes, en lieu et place du portrait du président déchu. A la Goulette, à une dizaine de kilomètres de Tunis, JR et  les “Artocrates” affichent dans le poste de police incendié pendant la révolution. A Tunis, les artistes collent des affiches que d’autres arrachent au même rythme, tout en débattant de l’utilité de l’art dans un contexte révolutionnaire : certains estiment que si la démocratie permet aux uns de coller des portraits sur les murs, elle permet aussi aux autres de les arracher librement ! A Sidi Bouzid, les jeunes collent avec JR, l’amènent sur le terrain vague où ont brulé les voitures de police aux premiers jours de l’insurrection tunisienne, puis l’aident à les déplacer pour en faire une oeuvre d’art.Deux ans plus tard, JR retourne en Tunisie et affiche une photographie de main de femme en hommage aux actrices de la révolution.

Avec un appareil photo trouvé dans le métro, JR tire ses premiers portraits, ceux de jeunes de banlieue parisienne, en 2005. Deux ans plus tard, épaulé par Marco, il lance Face2Face, une tentative de rapprochement israélo-palestinien par l’image. Aujourd’hui, JR continue de dérouler aux yeux du monde ses portraits géants, un art sans barrière, sur fond d’humanité.

Découvrez ou commandez la brochure Voyageurs du Maroc au Moyen-Orient

 

 

 

Comments are closed.