Voyager au Moyen Age

Commentaires (0) Agenda culturel, Culture, On fait quoi ce week-end ?

Il ne scet riens qui ne va hors (Il ne sait rien celui qui ne voyage pas) Eustache Deschamps, 1340-1410

Un voyage dans le temps. Un vrai, un grand dépaysement : l’exposition Voyager au Moyen-Age au musée de Cluny à Paris jusqu’au 23 février 2015.

Le musée de Cluny, c’est d’abord un bâtiment exceptionnel, qui réunit au cœur de Paris les thermes gallo-romains de Lutèce de la fin du Ier siècle, et l’hôtel des Abbés de Cluny, édifié à la fin du XVème siècle. L’exposition se tient dans un cadre magique, le frigidarium,   espace des thermes où l’on se rafraichissait au sortir des étuves ; sa magnifique scénographie, tout en clair-obscur, nous invite à imaginer ce qu’était le voyage au Moyen Age : une aventure périlleuse – on chemine beaucoup à pied, parfois à cheval, les routes sont peuplées de pillards et bêtes féroces, de monstres tout droit venus de l’enfer. Et pourtant, la société médiévale voyage. Princes et paysans,  chevaliers et artistes, moines et pèlerins, messagers, marchands : l’exposition dresse une typologie des voyageurs du Moyen Age, et s’attache à cerner les motivations qui les poussent à quitter leur maison, leur terre, leur pays. Des voyages motivés par l’espérance d’un enrichissement, qu’il soit matériel ou  spirituel – gain financier, salut de l’âme, apprentissage d’un savoir, acquisition d’un prestige social. Le paysan va vendre quelques légumes au village voisin, c’est une expédition. Le marchand, après des longs mois de traversée en bateau, arrive aux confins de l’Asie, c’est une autre expédition. On a connaissance des pèlerinages lointains, Rome, Jérusalem, Saint-Jacques de Compostelle, mais une multitude de pèlerinages de proximité existent aussi, qui drainent sur les routes des foules en quête d’un au-delà sur terre. Les artistes voyagent pour apprendre, pour vendre, pour échanger des œuvres, ou à la recherche de commandes et en quête de reconnaissance– Dürer est la  figure emblématique de l’artiste voyageur.

Michel Huynh, conservateur du Musée de Cluny et commissaire de l’exposition, définit le voyage comme du temps et de l’espace parcouru – quelque chose qui, par définition, ne laisse que peu de traces, fugaces. Pourtant, l’exposition présente une multiplicité de vestiges matériels de ces voyages passés, qui témoignent du périple des voyageurs du Moyen Age : cartes, outils de navigation, coffres, lettres, reliquaires, retables portatifs, dont certains très émouvants, telle cette chaussure en cuir qui date du XVème siècle – chaussure dite en pate d’ours, en cuir, carrée, chaussure d’homme tendance, très à la mode entre 1490 et 1510 ! Les rouleaux des morts, faire-part qui se déploient sur plusieurs mètres, nous ont aussi beaucoup émus : lorsque qu’un abbé décédait, on chargeait un moine d’aller annoncer le décès aux abbayes amies – dans  chaque abbaye visitée, on consignait sur le rouleau les promesses de prières, à la mémoire du défunt, et le voyage se poursuivait. Les rouleaux consignent ainsi de façon très précise, les centaines d’étapes parcourues par les messagers, Genève, Grenoble, Lyon… pendant trois ou quatre années, ainsi que les prières collationnées pour le défunt. Toutes ces traces des hommes du Moyen Age, témoignages de leurs croyances, de leurs peurs, de leurs peines font de cette exposition un enchantement.

 

Voyager au Moyen Age

Musée de Cluny, du 22 octobre 2014 au 23 février 2015

Autre proposition du musée de Cluny, une promenade dans Paris : Au Moyen-âge, Paris constitue une ville de départ ou d’étape vers Compostelle. De la Tour Saint-Jacques-de-la-Boucherie à l’hôtel des Abbés de Cluny, une promenade et une sélection d’oeuvres du musée nous emmènent sur les traces des pèlerins.

Prochaine promenade : le samedi 14 février à 14h30

Le catalogue de l’exposition est en vente dans notre librairie, 48 rue Saint-Anne, 75002 Paris

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.