De la poésie japonaise au carnet de voyage numérique

Commentaires (6) Nos amis voyageurs, Portraits de voyageurs

  • arbres japon
    arbres japon
  • calligraphie japon
    calligraphie japon
  • carte japon
    carte japon
  • Etiquettes japon
    Etiquettes japon
  • photo homme tokyo
    photo homme tokyo
  • poisson japon
    poisson japon
  • pola rue tokyo
    pola rue tokyo
  • repas japon
    repas japon
  • rue tokyo
    rue tokyo
  • rue tokyo noir blanc
    rue tokyo noir blanc
  • Tampons japonais
    Tampons japonais
  • voie foret japon
    voie foret japon
  • amour en japonais
    amour en japonais
Julie Sarperi a suivi le chemin de ses envies. Ingénieur en géosciences, elle a bifurqué vers ses aspirations artistiques et est devenue graphiste Web. Plus jeune, elle était fascinée par les explorateurs et leurs dessins précis, leurs cartes et leurs légendes. En prenant sa vie en main, elle a pris son baluchon et promené son âme créative sur d’autres continents. Au Japon, elle s’est révélée carnettiste et poète… du XXIe siècle.

Du neuf avec du vieux
Julie Sarperi aime les choses du passé. Elle y puise son inspiration, comme celle qui lui donne envie de faire un carnet de voyage au Japon : un livre écrit par Sei Shônagon, la dame d’honneur de la cour impériale de Kyoto au début du XIsiècle. Sans le savoir, en écrivant ses « notes de chevets », cette femme invente une nouvelle forme littéraire : le Zvihitsu, ou écriture « au fil du pinceau ». Elle énumère tout de façon très poétique au-delà de toute contrainte. Fragments d’observation, inventaires de mers, caps, montagnes, chansons, listes telles que : « choses que l’on ne peut pas comparer, choses qui ne font que passer, choses splendides… ».
Ce livre est devenu une œuvre majeure de la littérature japonaise et Julie, fascinée, s’en est inspiré librement, pendant son séjour au Japon.

Ses outils de fabrication ?
Un Land 250 Polaroïd de 1975, pour le côté magique du Pola qui met quelques minutes à se révéler, surprend, fait rire et surtout partager. Et puis aussi « parce que l’argentique donne des accidents, parce que l’imparfait est beau, comme les traces de doigts sur la pellicule ». En voyage Julie Sarperi emporte également un appareil photo numérique pour d’autres belles images et quelques vidéos, un carnet-un crayon et sa souris d’ordinateur au retour. Le tout est un carnet de voyage où tout est vrai, mais scanné, collé, annoté, retravaillé graphiquement et composé digitalement.

Sur 100 pages que l’on feuillette du bout de la souris en écoutant des chants japonais, l’âme du Japon s’égrène petit à petit. Par thèmes, comme au XIsiècle : les choses délicieuses, les choses effrayantes, qui rendent mélancoliques, dont la traduction est ravissante, mais aussi les arbres, les temples, les gens, les marchés…

À chaque thème, de courts textes poétiques dans l’esprit des Haïkus, qui visent à dire l’évanescence des choses. Sur les arbres : « Quant aux millénaires, ils m’ont toujours fascinée. Surtout les moussus, car la mousse est comme la barbe blanche des sages, et j’aimerais tant qu’ils me disent leurs secrets ». Avec ce carnet de voyage, Julie Sarperi nous en livre un : savoir observer, sans juger. Un bel hommage au Japon qui nous a séduits.

A lire, le portrait de Michel Jarrige, notre spécialiste Japon. Consultez tous nos voyages au japon.

À lire également, le carnet de voyage au Portugal de Julie Sarperi en version papier, publié aux Éditions Nomade, en vente dans notre librairie du voyage à Paris.

 

6 Responses to De la poésie japonaise au carnet de voyage numérique

  1. Aline dit :

    Merci pour la decouverte, ce carnet de voyage au Japon est magnifique, autant les photos que l esthetisme du site. Bravo ! Et vivement le prochain bonne continuation.

  2. Julie dit :

    Merci beaucoup Aline ! A bientôt !

  3. Aline dit :

    Bonsoir Julie, avez vous prévu d editer d autres carnets de voyage? En plus de celui sur le Portugal? Merci

  4. Julie dit :

    C’est en projet ! Mais rien d’officiel pour l’instant 🙂

  5. Cécile dit :

    Quel plaisir de trouver chez Voyageurs du Monde un article sur le sublime travail de Julie !
    Bravo pour le blog VDM !
    Bravo pour vos collaborations avec JR & Depardon

    et Bravo Julie, vraiment… quand je pense que vous n’étiez même pas shortlistée par les GBA 🙁

    En attendant, je ne perds jamais une occasion de faire découvrir à mes proches votre merveilleux carnet du Japon…

    Cécile (de see-the-world.net ; chef de projet web… ayant un jour tenté le rapprochement avec VDM 😉

  6. Julie dit :

    Merci beaucoup Cécile !! 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.